Coronavirus : explication des mesures de confinement pour les personnes handicapées

image_pdfimage_print

Les enfants autant que les adultes en situation de handicap, qu’ils vivent dans un domicile isolé, partagé, ou en établissement, font l’objet de dispositions particulières pendant la période de confinement visant à freiner la contagion par le SARSCov2. En voici le détail.

Durant la période de confinement, annoncée par le président de la République le 16 mars pour une période d’au moins 15 jours, les motifs de sortie possible sont les mêmes pour les personnes handicapées que pour l’ensemble de la population. Attestation en poche, elles ont cette dérogation pour se rendre au travail quand il est impossible de faire autrement, pour se déplacer pour une raison de santé ou faire une course indispensable, afin de se livrer à un exercice physique en solitaire pour soi-même ou les besoins de son animal domestique (chien d’assistance ou guide par exemple) ou enfin pour porter secours à un proche. Mais au-delà de ce cadre général, le gouvernement a aussi pris une série de décisions relatives aux personnes en situation de handicap.

En principe, tous les internats (foyers de vie, maisons d’accueil spécialisé…) et Établissements spécialisés d’aide par le travail (Esat) restent ouverts. En réalité, de très nombreux Esat ont fermé leurs portes, pour protéger les travailleurs et répartir les personnels dans les autres établissements et services, notamment d’aide à domicile. Parce que, autre mesure, les externats notamment doivent accompagner les parents dans le maintien à domicile de leurs enfants handicapés. Par ailleurs, ces parents peuvent bénéficier d’une indemnisation de congé maladie, et la barrière d’âge, initialement fixée à 18 ans, a été supprimée.

Pour les personnes demeurant en établissement, les activités sont suspendues, et les sorties de week-end sont interdites, sauf exception. De même, les visites extérieures ne sont pas autorisées, sauf lorsque leur suppression causerait des problèmes de santé graves, risques de décompensation ou troubles comportementaux par exemple.

Soutien à domicile et hébergements temporaires

Pour des personnes vivant à domicile qui, temporairement, ne pourraient plus le faire (du fait de la maladie de leur aidant par exemple), le gouvernement demande que soient mobilisées des solutions d’hébergement temporaire au sein des établissements. Et les Maisons départementales des personnes handicapées, qui ne reçoivent plus physiquement le public, ont été priées de traiter au plus vite les demandes de prestation de compensation du handicap ou de veiller à mettre à disposition un accueil téléphonique renforcé.

Enfin, en matière de formation, les Centres de réadaptation professionnelle (CRP) sont bien entendu fermés, et doivent proposer des enseignements à distance.

A savoir

Les personnels d’établissements et services médico-sociaux comptent, comme ceux du secteur sanitaire, parmi les bénéficiaires possibles de la garde d’enfants mis en place par le ministère de l’Éducation nationale. Ils peuvent s’inscrire sur https://mon-enfant.fr/

ASH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal