Un nouveau référentiel général d’amélioration de l’accessibilité

image_pdfimage_print

La version 4 du référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA) a été arrêtée conjointement, le 20 septembre, par la ministre chargée des personnes handicapées et le ministre chargé du numérique.

La direction interministérielle du numérique (DINSIC) a publié la quatrième version du référentiel général d’accessibilité des administrations (RGAA).  A cette occasion, il change de nom pour devenir le référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (le sigle reste le même), car désormais il ne s’adresse plus seulement aux administrations, mais aussi à certains acteurs privés.

La vocation de ce référentiel, elle, reste inchangée : faire en sorte que les services numériques soient réellement accessibles à tous les citoyens, qu’ils soient ou non en situation de handicap (visuel, auditif, mental, troubles dys…), comme le prévoit la loi.

Le document détaille ainsi les obligations auxquelles ces acteurs doivent se conformer et en facilite l’application, grâce à des critères de contrôle et des tests.

La nouvelle version du RGAA est structurée en deux parties :

  • la première présente les obligations à respecter : elle s’adresse aux juristes, aux managers et à tous les professionnels du web et de l’accessibilité ;
  •  la deuxième contient une liste de critères pour vérifier la conformité d’une page web : elle s’adresse aux auditeurs RGAA.

Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA 4.0)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.