Élèves handicapés : les parents appelés à témoigner sur la réalité de l’école

image_pdfimage_print

L’Unapei et de nombreuses associations invitent les parents à témoigner sur la manière dont l’école accueille, ou pas, leur enfant handicapé. Le site marentree.org vise à mettre en lumière les nombreux cas de scolarisation inadaptée et d’absences de solution.

Jimmy, 12 ans : « Il va entrer au collège à la rentrée de septembre, en 6générale, faute de place en Ulis. Aucune certitude d’avoir un auxiliaire de vie scolaire (AVS) ». Matheo, 3 ans : sa « demande d’AVS est complète auprès de la MDPH depuis le mois de mars. Mais son dossier sera examiné en commission seulement le 19 août ». Yoan, 9 ans : « Il attend depuis trois ans une place en institut médico-éducatif (IME). Pendant tout ce temps, il a tenu en Ulis primaire [une classe adaptée en milieu ordinaire] mais aujourd’hui, le cœur lourd d’angoisses, il ne peut plus, il ne veut plus y aller. »

« L’Unapei veut rendre visibles les invisibles. »

Les parents de Jimmy, Matheo et Yoan ont posté leurs courts récits, souvent poignants, sur marentree.org. Comme des dizaines d’autres qui témoignent de la situation scolaire de leur enfant sur ce site mis en ligne le 9 août. Une initiative de l’Unapei, soutenue par de nombreuses autres associations (APF France handicap, Unafam, Autisme France…).

« Avec marentree.org, nous voulons rendre visibles les invisibles et disposer d’un outil qui nous permette d’évaluer les besoins partout sur les territoires »explique Luc Gateau, son président.

Combien d’enfants handicapés non ou mal scolarisés ?

En effet, les données manquent. Combien d’enfants n’ont aucune solution d’accueil à l’école ? Combien suivent une scolarité inadaptée à leur situation ? En milieu ordinaire, faute de place en IME ou en Ulis ? À temps partiel imposé ? Sans AVS alors que la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées leur en a reconnu le besoin ? Avec un nombre d’heures d’accompagnement insuffisant ? Sans les adaptations pédagogiques nécessaires ?

Marentree.org ne pourra certes dresser un état des lieux exhaustif. Mais cette plateforme de témoignages, qu’ils émanent de parents, d’enseignants ou d’AVS, permettra au moins de « mettre en lumière des réalités récurrentes d’exclusions partielles ou totales des systèmes éducatifs des enfants en situation de handicap ».

« Aujourd’hui, nous devons aller plus loin. »

« Aujourd’hui, nous devons aller plus loin pour offrir à chaque enfant en situation de handicap une rentrée similaire à celle de tous les autres enfants », reconnaissaient, en juin 2019, Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, et Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale. Ils avaient alors annoncé plusieurs mesures pour une rentrée pleinement inclusiveMarentree.org leur rappelle à quel point les attentes sont fortes. Dès cette rentrée.

Une cellule d’urgence

Comme chaque année, le ministère de l’Éducation nationale a mis en place sa cellule Aide handicap école. Son rôle est d’accompagner les parents qui rencontrent une difficulté dans la scolarisation de leur enfant. En lien avec l’académie, elle est censée « apporter des réponses relatives aux démarches à réaliser, aux conditions d’accueil dans l’école, aux modalités d’accompagnement des élèves, aux aménagements d’examen, etc. »
Contact : 0 800 730 123  (numéro gratuit)

Faire Face

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.