Des familles et des professionnels alertent contre l’affaiblissement des établissements

image_pdfimage_print

Un large collectif de familles, de professionnels et d’organismes lance une pétition pour défendre les institutions médico-sociales accueillant enfants et jeunes adultes en situation de handicap grave, pour qui l’insertion en “milieu ordinaire” n’est pas envisageable. Selon eux, ils pâtissent de la “politique en faveur de l’inclusion“, déployée par le gouvernement depuis des mois.

Dans une pétition diffusée récemment en ligne, des travailleurs sociaux, des familles d’enfants et de jeunes adultes en situation de handicap grave, des responsables d’établissements médico-sociaux (EMS), des professionnels de soins, et des associations et collectifs s’adressent au gouvernement. “Non, vous ne fermerez pas les établissements médico-sociaux que nous avons eu tant de mal à construire, à faire financer et à faire vivre. Nous nous y opposerons par tous les moyen“, préviennent-ils.

Ils s’insurgent contre “la casse annoncée des institutions médico-sociale“, estimant que, sous prétexte de privilégier l’inclusion en milieu “ordinaire” ou dans le “droit commun”, la politique du gouvernement conduit à faire des économies sur le dos des EMS. Par ricochet, elle renvoie “aux familles l’intégralité de l’accompagnement [de leur enfant]”.

Ces établissements d’accueil spécialisés sont d’abord “des lieux de vie et d’accueil, de diagnostic, de soins concertés et d’éducation“, affirment-ils, rappelant qu’ils constituent une passerelle vers le droit commun et, pour les moins autonomes, un lieu d‘inclusion. Selon eux, “l’idée de désinstitutionnaliser pour inclure est […] un enfumage mais aussi une absurdité“. Au contraire, il faudrait créer 45 000 nouvelles places pour répondre aux besoins des personnes et de leurs familles.

ASH

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal