Parlement européen : faire bouger la question du handicap !

image_pdfimage_print

Presque 1 Européen sur 6 de 15 ans ou plus vit avec un handicap. Un chiffre qui, avec le vieillissement de la population, devrait augmenter dans les années à venir. Le taux de pauvreté chez les personnes handicapées est 70% plus élevé que la moyenne. La faute aux dépenses supplémentaires, à des revenus inférieurs et à leur taux de chômage plus élevé. Face à ce constat, que fait l’Europe ?

Le 4e Parlement européen dédié

Le 6 décembre 2017, à Bruxelles, le Parlement européen accueillait le 4e Parlement européen des personnes handicapées. Le FEPH a été créé en 1997 pour offrir aux personnes handicapées un espace de parole commun. Ses précédentes éditions ont eu lieu en 1993, 2003 et 2012. Après sa 3e édition, les chefs de groupes politiques ont convenu de le tenir une fois par législature. À l’occasion de ce 4e rendez-vous, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a prononcé un discours (en lien ci-dessous) devant plus de 700 activistes et délégués d’organisations représentant les personnes en situation de handicap dans toute l’Europe ainsi que des députés européens et les représentants d’institutions européennes. Le débat a notamment porté sur la participation des personnes en situation de handicap à la vie politique et publique.

Des actions concrètes

« Notre engagement à améliorer la vie des personnes porteuses de handicap est fondé sur nos valeurs en tant qu’Européens, y compris notre attachement à la liberté, l’égalité et l’intégration de tous les individus dans notre société », a déclaré Antonio Tajani. Ils demandent que ces « valeurs » soient traduites en « actions concrètes, afin de permettre à chaque personne de vivre une vie indépendante et s’assurer que notre société responsabilise tout le monde. » Et de refuser qu’il y ait encore des Européens qui, à cause d’un handicap, ne puissent contribuer au processus démocratique de leur pays, de leur communauté.

Un courrier à tous les gouvernants

Antonio Tajani assure que la situation dans les États membres n’est pas encore « rassurante ». Pour cette raison, au printemps 2017, il s’est adressé par courrier à tous les chefs d’État pour demander que le droit de vote aux élections européennes de 2019 soit garanti à tous les citoyens, y compris aux personnes handicapées. Selon lui, des « mutations profondes nécessitent des réformes », garantes de « prospérité » pour les nouvelles générations. Si d’après la devise du Forum européen des personnes handicapées, « aucune décision vous concernant ne doit être prise sans vous », il a souhaité ajouter : « aucune décision concernant l’Europe ne doit être prise sans vous ».

Stratégie européenne sur 10 ans

Le 30 novembre 2017, le Parlement européen avait adopté le rapport d’initiative d’Helga Stevens, qui vise à évaluer la mise en place de la Stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées (article en lien ci-dessous). « Le problème auquel nous sommes confrontés, c’est que les gouvernements voient les personnes handicapées comme une question de politique sociale. Mais le handicap n’appartient pas seulement à un secteur. Il affecte toute la société, et de nombreux gouvernements, et les gens, ne s’en rendent pas compte », a déclaré la députée conservatrice et réformiste belge.

Une Europe sans entrave

L’objectif général de cette stratégie est de supprimer les entraves auxquelles elles se heurtent. Cela signifie promouvoir l’accessibilité, la participation et l’égalité dans tous les domaines de la vie, faciliter l’accès à l’emploi, à l’éducation inclusive, à la protection sociale et aux soins de santé nécessaires. Cette stratégie adoptée en 2010 est le principal instrument mettant en œuvre la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées au niveau européen. Elle vise une Europe « sans entrave » pour 80 millions de ses citoyens !

Handicap.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.